Imprimer
Catégorie : Oncologie
Affichages : 3923

Les affestions buccales font partie des effets secondaires fréquents et redoutés des chimiothérapie.

Elles sont l'expression soit de la toxicité directe de l'agent utilisé (méthotrexate), soit de l'immunodépression secondaire facilitant les mycoses.
On n'oubliera pas que la bouche n'est que la partie visible du tractus digestif et qu'il faudra bien souvent soigner l'ensemble. Pour cela, on prescrira très souvent des bains de bouche alcalins avec du bicarbonate de sodium à 1,4 % dans lequel on ajoutera du Calendula en TM, 10 cc par litre ou 15 gouttes par verre. On prescrira également des probiotiques intestinaux à base de lactobacilles, sauf si le patient est en aplasie.

 

 Borax :

Médicament par excellence des aphtes provoqués par la chimiothérapie, dans toute la bouche et sur la langue, y compris à l'intérieur des joues. Accompagné parfois de diarrhée et/ou d'herpès péribuccal et de dessèchement des lèvres.
C'est un tableau clinique que l'on rencontre fréquemment après les chimiothérapies agressives, dont on encadrera les cures systématiquement avec Borax en 5 CH, 3 à 4 fois par jour, que l'on complétera parfois par Natrum muriaticum en 9 CH, 3 granules par jour

 

Rhus Toxicodendron 

Soüvent associé à Borax, surtout s'il existe une éruption vésiculaire péri-buccale. Goût métallique, très fréquemment secondaire aux chimiothérapies. En 5 CH, 3 granules 2 à 4 fois par jour. 

 

Phytolacca :

Douleur pharyngée brûlante, de la base de la langue irradiant vers les oreilles et le cou. Les muqueuses sont sèches et la pointe de la langue est rouge. La salive a également un goût métallique. Le patient ne supporte pas la déglutition des liquides chauds. En 5 CH, 3 granules 2 à 4 fois par jour.

 

Carbo vegetabilis :

Gingivite, parodontose, hémorragies et mauvaise odeur de la bouche. En 5 CH, 3 granules 2 à 4 fois par jour.

 

Argentum nitricum :

Extémité de la langue ulcérée, gingivite avec douleur à type d'écharge.En 5 ch, 3 granules 2 à 4 fois par jour.

 

 

La sécheresse de la bouche

 

La bouche sèche touche environ 20% de la population d'après les derniers chiffres publiés. Son nom médical est la xérostomie ou asyalie. La raison la plus fréquente est le déficit d'apports hydriques, c'est à dire que vous ne buvez pas assez.

D'autres causes sont également possible comme la prise d'alcool, d'antidépresseur, d'antihystaminiques, d'anxyolitiques, d'antiarythmique, la maladie de Parkinson, la polyarthrite, l'athérosclérose, la polyarthrite rhumatoïde, le diabète ou le syndrome de Gougerot-Sjögren (maladie auto-immune rare), une carence en vitamine B1, B2 ou B3, les radiothérapies lors de traitement de cancer O.R.L. Dormir avec le nez bouché peut aussi occasionner la sécheresse buccale.

La gène occasionnée se traduit par une difficulté à parler ou à s'alimenter par déficite de déglution. Des risques d'infections mycosiques peuvent apparaître par le manque de salive.

Les solutions

Hormis le fait de bien s'hydrater, on peut stimuler la salivation avec des aliments acidulés ou mentholé ou bien sucer des noyaux d'olives ou de cerises, mâcher de la racine d'angélique.

Un petit truc permet de savoir si on souffre vraiment d'asyalie. Il suffit de mettre un morceau de sucre sur la langue sans le sucer pendant 3 minutes. S'il n'a pas fondu, vous souffrez vraiment de sécheresse buccale.

Des remèdes homéopathiques répondent bien à ce symptôme :

ALUMINA 5 CH (au réveil)

  • On peut le donner en 5 CH comme complémentaire de LYCOPODIUM

RHUS TOXICODENDRON 5 CH (avec soif)

  • Ce médicament est certes un remède de grande sécheresse des muqueuses, surtout bucco-pharyngées, avec une grande soif. Mais il est avant tout un remède d’ulcérations, souvent graves, avec des bords nets, comme taillées à pic à l’emporte-pièce, avec des douleurs erratiques et très localisées (le patient peut mettre le doigt sur la zone douloureuse, qui se déplace peu après).

ARSENICUM ALBUM 5 CH (avec soif, douleurs brûlantes, syndrome de Gougerot-Sjögren)

  • Grande sécheresse buccale avec douleurs brûlantes améliorées par des boissons chaudes et aggravées par les boissons froides.
  • Soif constante pour de petites quantité d’eau fraîche. La soif doit être appréciée dans le syndrome de Gougerot, car les malades atteints de cette affection boivent souvent et peu à la fois pour humecter leurs muqueuses, pour pouvoir manger, parler ou avaler.
  • Grande sécheresse des yeux, avec photophobie intense, larmoiement très diminué mais acide et excoriant, ulcérations de la cornée, sensation de sable sous les paupières, paupières enflammées, collées, ulcérées.
  • Douleurs articulaires : faiblesse de la colonne vertébrale, dorsalgies, sciatique fréquente, douleurs osseuses, douleurs brûlantes, paralysies, tremblements, crampes....

C’est un sujet agité psychiquement du fait d’une grande anxiété qui peut lui faire penser qu’il est atteint d’un mal incurable, d’où le désespoir et l’agitation, suivie rapidement d’une prostration par asthénie. C’est le plus souvent un sujet tatillon, méticuleux, ordonné, égoïste et méchant avec son entourage, maniaque pour des riens, avare, irritable ou irascible, ayant de nombreuses peurs.

ACONIT 5 CH (avec soif)

APIS 5 CH (avec soif)

LYCOPODIUM 5 CH (sans soif, ballonnement du ventre sous l'estomac)

  • Sécheresse buccale (degré fort) mais avec ou sans soif particulière. Langue sèche, salive salée, mauvaise haleine. Herpès croûteux aux coins des lèvres, aphtes, ulcérations, gingivite ulcéreuse....
  • Sécheresse oculaire (degré fort) avec conjonctivite, blépharite, brûlure, prurit, sensation de sable sous les paupières, photophobie....
  • Douleurs articulaires : tiraillantes, déchirantes, avec raideur - Goutte chronique avec dépôts calcaires dans les articulations....
  • Peur d’entreprendre une nouvelle tâche dont il se croit incapable, de paraître en public, qu’un malheur n’arrive, d’oublier quelque chose, de la solitude.
  • LYCOPODIUM est l’un des polychrestes les plus importants. Il correspond à des troubles nutritionnels plus ou moins graves liés à une insuffisance hépatique le plus souvent acquise par un mode de vie défavorable et à un blocage progressif des émonctoires (intestin, rein, peau, muqueuses). Cependant, il doit être souvent préparée par des complémentaires à visée émonctoriale.

NATRUM MURIATICUM 5 CH (langue en carte de géographie, aime le sel, syndrome de Gougerot-Sjögren) 

  • Grande sécheresse de la bouche, qui reste cependant humide du moins dans un premier temps. Grande soif qui peut exister en dehors des états de sécheresse des muqueuses ou les accompagner. Dans un premier temps, il y a sensation de sécheresse buccale avec une salivation abondante. Dans un second temps, il y a une véritable sécheresse de la bouche et d’autres muqueuses.
  • Par ailleurs NATRUM MURIATICUM a de gros problèmes oculaires (troubles de l’accommodation, cataracte, asthénopie, blépharite avec paupières collées la nuit ou au réveil., ulcérations de la cornée, dacryocystite avec un larmoiement irritant) et sécheresse oculaire faible avec sensation prononcé de sable sous les pauières....
  • Egalement, de nombreux troubles articulaires qui peuvent exprimer un rhumatisme et en particulier une polyarthrite rhumatoïde. NATRUM MURIATICUM est souvent impliqué dans des troubles allergiques ou des maladies auto-immunes (l’aphtose buccale, la maladie d’Hulusi-Behçet, l’anémie de Biermer, la sclérodermie, le pemphigus, le lupus érythémateux disséminé).

NUX MOSCHATA 5 CH (sans soif, somnolence après les repas) 

  • Grande sécheresse buccale, telle que la langue colle au palais et sans soif.
  • Le patient boit un peu d’eau et très souvent pour humecter sa bouche ou pour parler ou pour pouvoir avaler ses aliments.
  • Sensation de salive cotonneuse.
  • Sécheresse des yeux, avec difficultés pour le port de lentilles de contact.
  • Sensation que les aliments restent comme des blocs dans l’estomac.
  • Sécheresse de la peau qui ne transpire pas.
  • Sécheresse de la bouche, de la langue et de la gorge au moment des règles.

PULSATILLA 5 CH (grande sécheresse buccale, sans soif) 

Personnalité " dépendante ", recherchant l’amitié, l’affection, l’attention, souffrant en cas de manque, confiante et vite déçue, très émotive, larmoyante puis souriante, douce mais irritable, pouvant être agressive en cas de déception, améliorée par la consolation contrairement à Natrum muriaticum et à Sepia.

 

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s