image

Blue Flower

 

Nommée « cire noire » dans les textes anciens, la propolis est connue et
utilisée depuis les temps les plus reculés. Hippocrate recommandait l’application de
celle-ci pour traiter les ulcères et les plaies. A Rome, les abeilles et les produits de la
ruche faisaient l’objet d’un culte, la propolis se vendant très cher et accompagnait
chaque légionnaire dans les campagnes militaires. Elle servait à momifier les
cadavres en Egypte. A la fin du XIX° siècle, la propolis était en plein essor grâce à
ses vertus anti-infectieuses, cicatrisantes et anti-inflammatoires, employée sous
forme d’onguent, d’emplâtre, de lotion ou de fumigation. De nos jours, elle est utilisée
surtout en Europe de l’est, en Asie et notamment au Japon.

La propolis est la substance composée par les abeilles pour protéger la ruche,
grâce à certains éléments naturels comme les résines végétales sécrétées par les
bourgeons et l’écorce de certains arbres, notamment les peupliers. Les abeilles vont
l’appliquer à l’intérieur et à l’extérieur de la « cité », pour fortifier et assainir
l’environnement et également s’en enduire le corps pour se protéger des maladies,
des ennemis naturels. Ainsi, l’abeille va l’utiliser pour boucher les ouvertures, lisser
les parois et surtout « désinfecter » la ruche, lieu propice au développement
bactérien, à cause de la température élevée (35-38°c), de l’humidité de 70% et de la
forte teneur en sucre au sein de celle-ci, et, également, en en enduisant les alvéoles
avant le dépôt des œufs ou le stockage du pollen ou du miel. 

De plus, associée à la cire, la propolis va servir à « momifier » tout intrus de la
ruche (souris…) qu’elles auront tué par leurs piqûres, trop lourd à déplacer pour
éviter la décomposition de celui-ci et donc la contamination de la colonie.
Très recherchée par l’Homme pour ses propriétés, très riche en composés
antioxydants et en flavonoïdes, à l’instar du vin et du thé, elle est constituée d’un
mélange de résines, cires d’origine végétale et de cire d’abeille ainsi que des
molécules aromatiques ou essences végétales, des acides organiques, des
composants phénoliques, des aldéhydes aromatiques, des coumarines, vitamines

 

Elle  est  utilisée  dans  les  atteintes  respiratoires,  ORL,  de  la  région  buccale  ou dermatologiques  grâce  à  ses  actions  anti-inflammatoire,  anesthésiante,  analgésique,immuno-stimulatrice  et  cicatrisante.Elle  trouve  aussi  une  application  en  médecine  vétérinaire  dans  le  traitementdes  plaies  infectées  ou  dans  les  cas  de  fièvre  aphteuse.

 

Composition chimique  :

   Cette  composition  est  très  complexe  avec  presque  150  constituants  différents.

Toutefois,  elle  peut  fortement  varier  d’un  type  de  propolis  à  un  autre.  [4-31-42]

Ainsi,  elle  contiendrait  50  à  55%  de  résines  et  de  baumes,  20  à  35%  de  cires

végétales  ou  de  cire  d’abeille,  5  à  10%  d’huiles  essentielles  (anéthol  et  eugénol

notamment),  5%  de  pollen  et  5%  d’autres  substances  diverses  d’origine  organique

ou  minérale.

La  propolis  est  constituée  aussi  de  plus  de  40  flavonoïdes  (flavones,

flavanones,  flavonols,  chalcones),  de  composés  phénoliques  (acide  coumarique,

acide     acétylsalicylique),     d’aldéhydes    aromatiques     (vanilline,     isovanilline),    de

composés  terpéniques,  d’acides  gras  aliphatiques  (acide  oléeique  et  stéarique),  de

sucres,       d’acides      aminés      (arginine,      proline),      d’oligo-éléments     (fer,       cuivre,

manganèse),  de  vitamines  (vitamine  A  et  vitamines  du  groupe  B).

 

Cette  composition  est  très  complexe  avec  presque  150  constituants  différents.

Toutefois,  elle  peut  fortement  varier  d’un  type  de  propolis  à  un  autre.  [4-31-42]

Ainsi,  elle  contiendrait  50  à  55%  de  résines  et  de  baumes,  20  à  35%  de  cires

végétales  ou  de  cire  d’abeille,  5  à  10%  d’huiles  essentielles  (anéthol  et  eugénol

notamment),  5%  de  pollen  et  5%  d’autres  substances  diverses  d’origine  organique

ou  minérale.

La  propolis  est  constituée  aussi  de  plus  de  40  flavonoïdes  (flavones,

flavanones,  flavonols,  chalcones),  de  composés  phénoliques  (acide  coumarique,

acide     acétylsalicylique),     d’aldéhydes    aromatiques     (vanilline,     isovanilline),    de

composés  terpéniques,  d’acides  gras  aliphatiques  (acide  oléeique  et  stéarique),  de

sucres,       d’acides      aminés      (arginine,      proline),      d’oligo-éléments     (fer,       cuivre,

manganèse),  de  vitamines  (vitamine  A  et  vitamines  du  groupe  B).

 

 Caractèresphysico-chimiques  de  la  propolis:

 

   La  propolis  est  une  substance  résineuse  hétérogène  de  consistance  solide  qui

devient  friable  en  dessous  de  15°c  et  gluante  et  molle  à  haute  température.  Sa

couleur  est  variable  selon  la  situation  géographique.  Elle  a  une  odeur  spécifique,  son

goût  est  pimenté,  et  est  très  peu  soluble  dans  l’eau,  soluble  dans  l’alcool  mais  en

fonction  de  la  température  (plus  soluble  à  température  élevée).  

Les  préparations  appelées  propomiels  sont  des  solutions  hydro-alcooliques

qui    sont     solubilisées   dans     du     miel,     permettant     une     bonne    assimilation    par

l’organisme.  

 

Propriétésgénérales  de  la  propolis  :

 

   La  propolis  a  tout  d’abord  une  forte  action  antibactérienne,  bactériostatique

pour  être  plus  précis,  ainsi  qu’une  action  antivirale,  grâce  à  la  présence  de

flavonoïdes  et  de  composés  aromatiques  (galangine,  pinocambrine…).  Cette  action

protège  la  ruche  de  la  pourriture  du  couvain  ou  maladie  de  la  loque  causée  par  un

bacille.  

Elle  inhibe  aussi  le  développement  des  levures  pathogènes,  ce  qui  permet

d’éviter  la  décomposition  de  certains  intrus  par  exemple.

De  plus,  elle  possède  des  propriétés  anesthésiantes  locales  dues  aux  huiles

essentielles  ou  encore  des  propriétés  cicatrisantes.  Elle  lutte  aussi  contre  les  caries

dentaires,  les  gingivites,  réduit  l’inflammation,  le  risque  de  thrombose,  aide  à  soigner

les  troubles  ORL,  les  aphtes,  les  ulcères  gastriques,  l’hypertension,  les  affections

pulmonaires,  la  tuberculose…  

Des  études  réalisées  au  Japon  montrent  l’intérêt  de  la  propolis  dans  le

traitement  de  maladies  comme  le  cancer  grâce  à  certaines  substances  à  activité  anti-

tumorale  comme  les  flavonoïdes  et  à  l’action  immuno-stimulatrice  de  celle-ci.

Action antibactérienne   :

 

   Des  travaux  ont  mis  en  évidence  l’action  antibactérienne,  antifongique  et  anti-

protozoaire  de  la  propolis.  

L’association  avec  des  antibiotiques  classique  permettrait  de  réduire  les

phénomènes  de  résistance  et  de  baisser  les  dosages  de  ces  produits.

Son  spectre  antibactérien  est  très  large,  en  agissant  sur  les  staphylocoques

(Staphylococcus  aureus  résistant  à  la  méthicilline),  les  streptocoques  (Streptococcus

mutans  impliqué  dans  les  caries  dentaires),  Helicobacter  pylori,  les  Bacillus,  les

salmonelles  ou  encore  les  microcoques.  

Cette  action  est  essentiellement  due  aux  flavonoïdes,  à  certaines  molécules

aromatiques  et  à  l’acide  cinnamique.  D’après  une  étude  japonaise,  la  propolis

inhiberait  la  croissance  microbienne  en  bloquant  la  division  cellulaire  et  en  détruisant

la  paroi  bactérienne,  et  ceci  principalement  sur  les  bactéries  à  gram  +.]

 

Action anti-virale :

 

   Grâce  à  la  présence  des  flavonoïdes,  la  propolis  est  efficace  contre  le

poliovirus,  les  virus  de  type  Herpes  (par  des  esters  de  l’acide  caféique)  et

l’adénovirus  et  présente  aussi  une  relative  efficacité  dans  la  grippe,  l’hépatite  B  ainsi

que  le  zona.

Même  les  propolis  ne  contenant  que  très  peu  de  flavonoïdes  ont  une  action

antivirale,  expliquée  par  certains  composants  comme  les  sesquiterpènes  ou  les

naphtoquinones  (constituants  actifs  des  essences  végétales).  

 

Action anti-fongicide   :

 

La  propolis  stimulerait  le  système  immunitaire  en  augmentant  la  production  de

macrophages,  efficaces  contre  les  affections  fongiques.

Ainsi,  elle  a  une  action  contre  les  champignons  pathogènes  que  sont  Candida

albicans,  Trichophyton  rubrum  ou  encore  Microsporum  canis.  

Action anti-mycosique :

 

   Candida,  trichophytons  et  ascomycètes  sont  sensibles  à  l’action  de  l’acide

caféique,  du  kaempférol,  de  la  pinacembrine,  de  la  galangine  et  d’autres  substances

contenues  dans  la  propolis.  Celle-ci  trouve  donc  son  intérêt  dans  les  mycoses  de  la

peau,  des  muqueuses  ORL,  du  vagin  ou  encore  les  infections  causées  par  Monilia

albicans  au  niveau  du  tube  digestif  chez  le  nourrisson.  

 

Action cicatrisante et régénératrice :

 

   La  propolis  serait  bénéfique  dans  les  cas  de  tissus  abîmés  par  exemple  au

niveau  osseux  ou  dentaire  en  favorisant  la  régénération  d’après  certaines  études  sur

l‘animal.  

Ces  actions  sont  dues  à  l’activité  anti-oxydante  des  flavonoïdes  qui  piègent  les

radicaux  libres  ainsi  qu’à  des  acides  phénoliques  et  certains  acides  aminés  comme

la  choline  (dans  la  division  donc  le  renouvellement  cellulaire)  ou  la  proline  (dans  la

synthèse  de  collagène,  de  l’élastine  et  de  facteurs  intervenant  dans  l’élasticité  de  la

peau).  

 

Action anti-cancéreuse et immuno-modulatrice :

 

   Les  propriétés  anti-carcinogènes  de  la  propolis  ont  été  démontrées  par  de

nombreuses  études  sur  l’animal.  Elles  sont  dues  aux  flavonoïdes  et  à  un  dérivé  de

l’acide  caféique  identifié  comme  étant  un  inhibiteur  tumoral.  

Egalement,  des  agents  cytotoxiques  spécifiques  des  cellules  cancéreuses

comme  l’Artepilline  C  et  le  diterpénoïde  du  Clerodane,  ce  dernier  ayant  prouvé  son

action  dans  le  traitement  du  cancer  de  l’utérus,  de  par  son  action  anti-virale,  et  dans

le  cancer  du  foie.  

La  propolis  possède  aussi  une  action  immuno-modulatrice  grâce  au  dérivé  de

l’acide  caféique  (phénylester  de  l’acide  caféique  ou  CAPE)  et  une  action  bénéfique  a

été  observée  dans  le  traitement  de  l’asthme  ainsi  que  dans  les  cas  de  cancers  du

sein  et  de  certains  types  de  leucémie.

 

Action anesthésiante :

 

La  propolis  possède  une  action  anesthésiante,  ceci  grâce  à  l’activité  des

huiles  volatiles  de  celle-ci.  Cette  action  n’est  pas  issue  d’un  mécanisme  central

comme  la  morphine  et  n’a  pas  d’effets  indésirables  comme  la  cocaïne  (collapsus,

malaises…).  

 

Action antiparasitaire :

La  propolis  est  efficace  dans  le  cas  d’infections  par  certains  parasites  comme

le  Toxoplasma  gondii  impliqué  dans  la  toxoplasmose,  particulièrement  dangereux

chez  les  femmes  enceintes,  ou  encore  contre  les  Trichomonas,  Trypanosoma  cruzi

ou  Giardia  lamblia.  Le  produit  de  la  ruche  empêcherait  la  croissance  du  parasite,

sans  que  les  principes  actifs  de  celui-ci  ne  soient  clairement  identifiés.  

 

Action anti-inflammatoire :

 

L’inhibition  de  la  synthèse  des  prostaglandines  par  les  flavonoïdes  de  la

propolis  lui  confère  cette  action  anti-inflammatoire,  utile  dans  les  inflammations  de  la

cornée,  de  la  trachée,  du  pharynx  (lors  d’intubation  prolongée  par  exemple)  ou  dans

l’arthrite  rhumatismale.  Cet  effet  est  dose-dépendant  et  est  plus  fort  pour  les  extraits

aqueux  de  propolis  ou  pour  la  cire  de  propolis  utilisée  sous  forme  de  cataplasme.  

 

Action   anti-oxydante   :

 

Grâce  à  la  présence  d’une  quarantaine  de  flavonoïdes  chez  certains  types  de

propolis,  l’activité  anti-oxydante  est  particulièrement  élevée  et  se  rapproche  de  celle

du  vin  ou  du  thé.  Mais  celle-ci  est  dose  dépendante,  c’est  à  dire  qu’elle  agit  comme

anti-oxydante  à  faible  dose  ou  est  pro-oxydante  à  dose  élevée.  Il  est  donc

nécessaire  d’identifier  la  dose  efficace.  [9]

Les     flavonoïdes     s’opposent     ainsi     à     l’oxydation    des     lipides     et     leur

transformation  en  radicaux  libres.  La  propolis  a  donc  des  effets  bénéfiques  dans  le

traitement  des  affections  du  foie,  dans  la  cataracte,  dans  l’artériosclérose  et  dans  les

dégénérescences  liées  à  l’âge.  

 

Autres   propriétés   :

 

La  propolis  peut  également  être  utilisée  chez  les  personnes  atteintes  de

radiations  ionisantes  ou  dans  le  cadre  d’hyperacidité  gastrique,  ceci  en  freinant  la

sécrétion  acide  de  l’estomac  grâce  à  la  lutéoline,  l’apigénine,  la  chrysine  et

l’artepilline  C  qui  a  une  action  directe  sur  Helicobacter  pylori.  

 

Propoliset  allergies :

 

Les  allergies  à  la  propolis  touchent  environ  1  personne/2000,  celles-ci  étant  la

plupart  du  temps  des  individus  déjà  allergiques  aux  piqûres  d’abeilles.  On  observe

des  cas  de  crises  d’asthme  si  inhalation  ou  des  dermatites  si  application  locale  sur  la

peau,  notamment  chez  les  asthmatiques  ou  les  personnes  sujets  à  l’urticaire.  [9]

Les  allergènes,  présents  dans  plus  des  ¾  des  types  de  propolis,  ont  été

clairement  identifiés  (3  esters  dérivés  de  l’acide  caféique).

Toutefois,  les  flavonoïdes  ont  une  action  antiallergique  en  inhibant  la  libération

d’histamine  par  blocage  des  canaux  calcium  au  niveau  des  mastocytes.

 

Conservation:

 

La  propolis  doit  être  conservée  à  l’abri  de  la  lumière,  de  l’humidité,  de  la

chaleur  et  doit  être  utilisée  aussi  fraîche  que  possible.

On  peut  la  conserver  sous  forme  lyophilisée,  ce  qui  lui  permet  de  garder

toutes  ses  propriétés  sur  une  très  longue  durée. 

 

Posologie

 La voie perlinguale (sous la langue). L’absorption est immédiate et va dans les vaisseaux sanguins. Cela ne passe pas par le foie. Elle évite aussi les enzymes digestives et le mélange avec le bol alimentaire, donc il y a une rapidité exceptionnelle d'absorption par l'organisme,sans dégradation des principes actifs.

en prévention :

15 gouttes dans un fond d'eau ,1 fois par jour pendant 15 jours repos 15 jours.

si contagion ou infection :

15 gouttes 3 fois par jour sur 15 jours

 

 

  

0
0
0
s2sdefault