image

Blue Flower

 

Les abeilles peuvent se nourrir de deux substances pour créer le miel : le nectar de fleur ou le miellat. Mais de quoi s’agit-il ? Le miel de miellat est une substance que les abeilles fabriquent à partir des rejets non assimilés des pucerons que ces derniers extraient sur les feuilles des arbres (sève) .

Principalement présent dans les miels de forêts, comme le, miel de chêne, il leur donne cette saveur toute particulière.

Dotés d’un système digestif hors norme, les pucerons, cochenilles, aleurodes, psylles… , ces êtres minuscules, sucent la sève des arbres et des plantes et sont capables de la sécréter en un temps record. Ils la transforment en une substance sucrée dont raffolent les abeilles et les fourmis : le miellat.

Les ouvrières jaunes et noires butinent ce miellat et le ramènent à la ruche pour le transformer en miel. Sombres car très riches en matières minérales, les miels de miellat sont plus forts que les miels de fleurs. Ces miels sont très conseillés contre les états de fatigue, d’anémie, d’asthénie pour leur apport en oligo-éléments et en sels minéraux.

Les miels de miellats sont également plus riches en antioxydants que les miels de nectar.

Pour la petite histoire, les fourmis élèvent même les pucerons ! Elles les transportent et les chouchoutent pour obtenir le précieux miellat.

Ces miels de miellats sont souvent un peu plus honéreux, et bénéficient d’une excellente image de marque dans certains pays, notamment en Allemagne.  dans certains pays (Allemagne par exemple) d’une excellente image de marque. Les anglo-saxons le nomment même « honeydew », rosée de miel.

Pour comprendre les qualités du miel, il faut comprendre de quoi il se compose :

  • d’eau: il s’agit d’une eau dite « lourde », le deutérium, qui date des premiers temps de l’univers, et qui est extraite de la profondeur de la terre par les racines des plantes butinées.
  • de matières sèches : plus de 15 sucres différents, en proportion différentes selon les miels. Ce qui confère au miel une action stimulante et équilibrée pour booster notre énergie.
  • d’enzymes: l’une d’entre elles, la glucose-oxydase, facilite la cicatrisation des plaies. Mais il ne faut pas que le miel soit chauffé.
  • des acides organiques: gluconique, acétique, citrique, etc. Ils sont responsables d’un PH à 3,9. en moyenne.
  • 19 acides aminés libres et des protéines: les acides aminés participent au bon fonctionnement de notre métabolisme général. Le miel de bruyère callune est l’un des plus riches, avec 2 % de protéines, soit l’équivalent du lait maternel !
  • des esters de cholestérol : ils participent à la biosynthèse des hormones. Ils sont en quantité significative dans le miel de tournesol.
  • des minéraux :il y en a plus de 30. Du potassium (garrigue, châtaigner, forêt) ; du phosphore – sapin, forêt) ; du calcium (colza, bruyère, forêt) ; du magnésium ( forêt, sapin) ; du fer (callune, sapin), etc.
  • P1170056
0
0
0
s2sdefault